Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2013

un ascendant tel

... je me lève alors pour me rendre dans l'antichambre, écrit mon fils, et je ferme la porte d'entrée que j'avais laissée grande ouverte à cause de la chaleur subite, que j'ai probablement laissée trop longtemps ouverte parce qu'il fait subitement de nouveau froid, il faut posséder dans cette maison, si l'on ne veut avoir ni trop chaud ni trop froid, un sens très affiné du moment où il convient d'ouvrir portes et fenêtres et du moment où il convient de les refermer, et chaque fenêtre et chaque porte exige un autre rythme d'ouverture et de fermeture, dit le prince, et le temps ici, je le vois bien, à la différence du temps en Angleterre, change complètement d'une heure à l'autre, et il y aurait de quoi devenir fou si l'on s'avisait de s'initier à cette science impénétrable. Comme je vais pour fermer la porte, dit le prince, écrit mon fils, après avoir été si subitement été dérangé dans ma lecture, arraché à ma manière, de multiplier et de diviser près d’une centaine de fois, et cette deuxième que je répétais encore et toujours à haute et intelligible voix, à savoir que la révolution prolétarienne respecte la vie humaine et n'a pas besoin de la terreur pour atteindre ses objectifs, je pense, tout en fermant la porte, que je ne vais pas laisser entrer le secrétaire communal Moser. Je ferme les rideaux, écrit mon fils, dit le prince, après tout, je puis n'être pas là, écrit-il, et il écrit, je ferme effectivement les rideaux mais, aussitôt après, je les rouvre parce qu'il me semble ridicule de les fermer à cause du secrétaire communal Moser, mais, ai-je pensé, le secrétaire communal Moser exerce t-il donc déjà, sur un Saurau, un ascendant tel que je doive lui jouer la comédie? lui et me jouer une comédie? que je doive fermer les rideaux à son approche, fermer la porte à son approche... et j'écarte donc les rideaux aussi largement que possible et je sors dans l'antichambre, et j'ouvre grande la porte.

Thomas Bernard, perturbation

xIMG_2244 haute-loire & lozere.JPG

Publié dans Gard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.