Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2012

Pereira se secoua de sa torpeur

Vers quatre heures de l'après-midi, il entendit sonner à la porte. Pereira se secoua de sa torpeur, mais il ne bougea pas. Il trouva étrange que quelqu'un sonnât à la porte, il pensa que c'était peut-être Piedade qui rentrait de Setùbal, sans doute avait-on opéré sa soeur plus tôt que prévu. La sonnette retentit de nouveau, avec insistance, deux fois, deux longs coups de sonnette. Pereira se leva et actionna le tirant qui ouvrait la porte d'entrée de l'immeuble. Il demeura dans la cage d'escalier, entendit la porte qui se refermait petit à petit et des pas qui montaient rapidement. Quand la personne qui était entrée arriva sur le palier, il ne fut pas en mesure de la distinguer, parce que les escaliers étaient très sombres et parce qu'il n'y voyait plus très bien.

Pereira prétend, Antonio Tabucchi

IMG_3103 rhone.JPG

Publié dans Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.