Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2012

Carcasse particulièrement est au seuil, caresse du pied le seuil et se tient là

Plusieurs aussi sont là, au beau milieu de leur époque, mais Carcasse particulièrement est au seuil, caresse du pied le seuil et se tient là, avec au visage une impression d'absence qui cloche beaucoup avec le reste. C'est que Carcasse est quelque part, mais c'est partout ailleurs, et sous bien d'autres formes.

Alors Carcasse, Mariette Navarro (Cheyne Editeur). Je précise car parfois il faut préciser que ce texte est sidérant et jubilatoire de justesse, une image suspendue sur 60 pages toute en vertiges et en réflexions dans tous les sens du terme. Sublime. Franchement, franchement. Il me semble que je vais devoir prendre rendez-vous avec Mariette Navarro, quitte à rester sur le seuil ce sera pas mal.

seuil, mariette navarro, carcasse

Publié dans Bulgarie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : seuil, mariette navarro, carcasse | |  Facebook

Commentaires

depuis le temps que Carcasse est au seuil et caresse celui-ci du pied, soit il n'a plus de semelles à ses chaussures, soit, s'il se tient toujours là, c'est qu'il doit y avoir des choses passionnantes à voir derrière cette porte !

Écrit par : marie | 26/02/2012

Oui, peut-être, mais pourquoi toujours vouloir voir derrière, enfin, Marie !

Regarde les ombres chinoises sur cette porte Bulgare devant mon oeil lyonnais (ah! la tripe lyonnaise) et un appareil taiwanais sous les cigognes qui filent au Sud (mais pas à ce moment là, ni maintenant d'ailleurs) et nous vers l'Ouest (à ce moment là, ou à peine après).

Écrit par : thomasp | 27/02/2012

Les commentaires sont fermés.