Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2012

comme un appel

Depuis que Mehdi était malade, Lisa se retranchait dans sa chambre mais en laissait la plupart du temps la porte ouverte, ce qui me semblait être un drôle de signe, comme un appel. Nous entendions parfois la musique qu'elle écoutait, nous assistions à ses conversations téléphoniques, nous savions quand elle était allongée sur son lit ou assise à son bureau et cela me gênait que ma fille de seize ans n'éprouve pas le besoin de s'isoler, de créer autour d'elle une bulle qui la protégerait, cela me gênait d'être confronté à son intimité, de la voir évoluer devant son miroir, se coiffer longuement ou tracer à l'infini des volutes sur un cahier, j'avais du mal à être témoin du désoeuvrement de Lisa, de son égarement et de son sommeil sans fin, ses journées vides et l'apparent questionnement qui semblait la hanter.

Brigitte Giraud, Pas d'inquiétude

porte, bleue, savoie

Publié dans Savoie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : porte, brigitte giraud | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.