Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2011

Pretty woman (by Bukowski who's not dead)

Acheter des vêtements, c'est un truc de Petit Copain. Tu poireautes et tu regardes d'un oeil vide les moreceaux de tissu pendus aux cintres, tu mates les étiquettes et tu te demandes comment un machin qui te couvrirait tout juste la couille droite peut coûter le prix d'un rein, et tu observes les vendeuses qui te surveillent et qui se demandent ce que tu fous avec elle, vu qu'elle est mignonne et que toi t'as un air plutôt bizarre, et elle essaie ses fringues et tu reluques son cul dans une bonne dizaine de modèles différents qui te paraissent identiques, mais faut bien reconnaitre que tu te contentes juste de détailler son cul et que tout finit par se mélanger, et quelqu'un colle un aspirateur dans ton portefeuillle pour récolter tout ton liquide , et tu sors de la boutique avec un sac tellement minuscule que deux souris ne pourraient même pas y niquer. Tu répètes la scène une douzaine de fois. Ou jusqu'à ce que ton cerveau décède.

Warren Ellis, Artères souterraines, Au Diable Vauvert
(recommandé aux adeptes de Bukowski)

 

porte, chapelle

Publié dans Isère | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : porte, chapelle | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.