Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2010

Voie de garage

Vous l'aurez peut-être compris à demi-mot, dans ces pages... je voue à Romain Gary une admiration émue, absolue, et sans réserve (ou si peu)...

Et j'ai "appris" il y a quelques jours l'anniversaire de sa mort. Tout à coup Gary est revenu sur les ondes, passagèrement, et la lecture de quelques extraits de roman m'ont de suite donné la chair de poule.

Comment s'explique le quasi oubli de Gary aujourd'hui? Trop cosmopolite, trop insaisissable, trop gaulliste (pas au sens du parti, précisons...), trop désespéré? Et pourtant drôle (toute l'oeuvre d'Ajar), troublant et déchirant sans gratuité (la promesse de l'aube et tant d'autres, comme la vie devant soi ou l'éducation européenne, au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable), profond et ambitieux (Europa..), définitivement espérant et rééquilibrant (les cerfs-volants), métissé (toute son oeuvre), original (la danse de Gengis Cohn, Europa, et toute l'oeuvre jusqu'à l'incroyable histoire Ajar), enchanteur, excessif et pourtant responsable (les racines du ciel, la tête coupable). Et qui a vécu plusieurs vies, parfois à la fois.

Je lui dois parmi mes plus grandes émotions de lecteur. Je suis optimiste pour lui.

Ne disait-il pas quelque part (les oiseaux se cachent pour mourir, je crois) que la seule maladie dont on a jamais su guérir l'homme, c'est l'espoir ? Et son suicide, au crépuscule d'une vie qu'il a trop aimé pour en supporter le rationnement dû à l'âge, n'y change rien.

xIMG_4978 [640x480].JPG

Publié dans Bourgogne | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

C'est un beau billet.

Écrit par : Au-delà de cette limte son ticket sera toujours valable | 15/12/2010

Merci pour la reformulation positive !!

Écrit par : thomas p | 16/12/2010

Les commentaires sont fermés.