Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2010

On ne peut jamais s'envoler vers ce qu'on a perdu

Le vieil homme s'approche de la fenêtre. Le vent n'agite plus le grand arbre, mais la vie fait éclore dans la ville des milliers de lumières qui scintillent et paraissent se déplacer. On dirait des étoiles tombées à terre et qui cherchent à s'envoler de nouveau vers le ciel. Mais elles ne peuvent le faire. On ne peut jamais s'envoler vers ce qu'on a perdu, songe alors Monsieur Linh.

Philippe Claudel, La petite fille de Monsieur Linh

Merci à Ema pour la photo

xIMGP2977 [640x480].JPG

Publié dans Vietnam | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : vieil homme, monsieur linh, philippe claudel | |  Facebook

Commentaires

Très beau texte...
Il y a une présence française sur cette image !

Écrit par : Sixtine | 20/05/2010

la photographe, déjà !

Écrit par : thomas p | 21/05/2010

Les commentaires sont fermés.