Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2009

Un peu de tendresse

2008_0101(053)x.jpg

Publié dans Espagne | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : tendresse | |  Facebook

Commentaires

J'aime beaucoup! (mais bon sang, comme dans la photo de l'église Saint Polycarpe chez Solko aujourd'hui, encore ce sens giratoire qui nous nargue!)
et puis, c'est drôlement bien, j'étais venue voir par ici il y a quelques mois et il m'avait semblé que tout était un peu fermé, et là vous revoilà?eh bien c'est très bien tout ça dites-moi!

Écrit par : Sophie L.L | 26/01/2009

Ouh la! et je viens à la seconde de lire "à propos": c'est toujours valable la permission de laisser des commentaires? si oui, je ne vais pas me gêner. Bon. Je commence: j'aime beaucoup l'explication "historique" du goût des portes!

Écrit par : Sophie L.L | 26/01/2009

oui, on ouvre, on ferme, tout ça, rien n'est prévisible par les temps qui courent...

Écrit par : Thomas P | 26/01/2009

ah ah ah !!! alors là je suis bien content personne ne l'a jamais commentée, celle-là !!

Défoulez-vous !!!

Écrit par : Thomas P | 26/01/2009

Ne me tentez pas!!!!

Écrit par : Sophie L.L | 26/01/2009

si si !!

Écrit par : Thomas P | 26/01/2009

Bon.
-Version historique de la porte en pleine poire: charmant! à la fois proustien ("longtemps je me suis pris les portes en pleine face") et freudien bien sûr.
-Version dédicace: bienveillant! doux pour tous ceux qui attendent derrière la porte, sont mis à la porte, pour nous tous, prisonniers de nous-même et prisonniers de nos âneries, non? enfin, ça mange pas de pain!(et jolie phrase bien balancée)
-Version militante:ouais ouais ouais.....
- Version militante plus sérieuse: ça c'est vrai on parle jamais du paillasson. Et puis "changer de pneu ou de slip" dans la même phrase, ça a de la gueule!
- Version du temps qui passe: Tirée par les cheveux? j'adore!
- je vous montre une porte pourquoi l'ouvrez vous sans rien dire? Magnifique question!!! D'ailleurs moi c'est décidé, je viens écouter à vos portes. Suis contente ce soir d'avoir trouvé toutes ces portes, merci! A bientôt Thomas!

Écrit par : Sophie L.L | 26/01/2009

Correction: je ne me suis pris qu'un seul portail dans le front et ceci est insuffisant pour en faire une habitude. Ceci dit ce fut marquant, je me revois gamin, allongé sur la grande table en bois de la salle à manger, me faisant recoudre !! Bref, mieux vaut une bonne fois, que mille effleurements stériles !! Mouais...

En tout cas bienvenue, cela me donne envie de compléter mon à-propos, maintenant qu'il a trouvé une lectrice !!!

Écrit par : Thomas P | 26/01/2009

Thomas: j'avais bien compris que ce n'était qu'une fois (mais violente, une fois pour toutes, quoi). Bon. Si vous voulez corriger mes inexactititudes -ça commence déjà! "inexactititudes" tiens ça dit bien ce que ça veut dire!- vous allez avoir du boulot! Bon. Je serai sérieuse. Autant que faire se peut. Je vais regarder toutes ces portes de près et lire les commentaires. Je reviens bientôt. Mouais!

Écrit par : Sophie L.L | 26/01/2009

Hum... cette démarche méthodique m'enchante, je me sens déjà assiégé de commentaires, qu'aucune douve ne saurait absorber sans régurgiter un max, avec un pont-levis dessus sinon c'est pas une douve, et des idées dessus je vous fait confiance, et une gigantesque porte en bois avec du fer dessus pour montrer que je suis très dur en affaires.

J'avais compris que vous aviez compris, mais d'abord ça fait du bien de faire semblant qu'on comprend pas que des gens nous ont compris, c'est très drôle car c'est souvent l'inverse; mais en plus parce qu'entre une fois et toutes les fois, il n'y a finalement pas toujours un grand écart...

Écrit par : Thomas P | 26/01/2009

et voilà, j'ai un à-propos à rajouter, maintenant, c'est malin, je sais plus comment on fait, bon je vais attendre d'en avoir d'autres... ah si je me souviens comment on fait...

Écrit par : Thomas P | 26/01/2009

Cette image est hénaurme, vertigineuse; il y a tellement de choses... dessus dessous,à côté dehors, qu'on a presque la tentation d'aller voir au verso (je sais, c'est déplorable cette curiosité qui appelle la curiosité...)

Écrit par : frasby | 28/01/2009

et la tendresse qui appelle la tendresse, aussi !

Écrit par : Thomas P | 28/01/2009

Les commentaires sont fermés.