Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2011

telle urgence

Au 41 rue Bobillot une petit dame entrouvrit sa porte. Le mari était là aussi, un couple de retraités, un appartement de leur âge, cinquante ans desouvenirs. Les époux essayaient d'exposer la situation mais chacun reprenait l'autre et l'engueulade grondait au détour de chaque phrase. Marc comprit que l'appartement était scindé en deux par une frontière connue d'eux seuls. A chaque violation s'ensuivait une déclaration de guerre. Il était temps de délimiter les territoires une bonne fois pour toutes. Marc restait à l'écoute, intrigué par l'histoire qu'il imaginait de ce couple. On s'occuperait du living après, il fallait d'abord fermer la porte de communication entre les deux chambres, parce que la journée, il était sûr qu'elle fouinait dans ses tiroirs, et la nuit, elle se doutait qu'il entrait dans sa chambre pour la regarder. Il fallait poser deux verrous, un de chaque côté. Marc leur demanda pourquoi une telle urgence, pourquoi cette nuit à 1h20 du matin, pourquoi pas dix ans plus tôt, pourquoi pas le lendemain, avec le serrurier du coin? Pas de réponse à ça, il fallait que cette porte soit fermée une bonne fois pour toutes, ils paieraient ce qu'il fallait. Et Marc posa les verrous.

Tonino Benacquista, le serrurier volant.

un clin d'oeil à Sonia, qui nous a quitté; il y a de nombreuses années elle m'avait prêté un livre de cet auteur, qui m'avait beaucoup amusé

porte, le serrurier volant, tonino benacquista

Publié dans Isère | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : porte, le serrurier volant, tonino benacquista | |  Facebook