Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2006

Allez, il est temps de vous confesser mes enfants... + EDITION SPECIALE PAR EFFRACTION

medium_20061031-0134_x.jpg
 

EDITION SPECIALE !

Pour la première fois je rentre par effraction dans le rituel quotidien de mes publications de porte. Mais bon, je suis énervé.

Je tairais le nom du journal gratuit dont je vais vous parler, je vous expliquerais juste qu'ils ont publié ce matin une pleine page de pub pour eux-mêmes, intitulée "La presse à de l'avenir".

Voici, parmi moult slogans étalés dans tous les sens sur la page, les deux phrases les plus visibles:

"Comme l'Amour, la presse c'est mieux quand c'est gratuit."

"Dans 80% des pays, non seulement la presse n'est pas libre, mais en plus elle est payante"

Alors que ce soit bien clair: je ne rouvre pas le débat sur la prostitution, ni celui sur la presse gratuite contre la presse payante. En ce qui me concerne j'observe que tout quotidien gratuit a structurellement / potentiellement des conflits d'intérêts avec leurs annonceurs à la moindre vélléité d'être libre. Que certains puissent etre bien faits, agréables à lire, voire même utiles pour faire revenir les français vers la presse n'y change rien. D'ailleurs, je les lis régulièrement (mais de moins en moins).

Mais retourner les choses jusqu'à faire passer implicitement et efficacement les journaux payants comme pas plus libres, voir pour des putes (si, si, relisez), là je trouve qu'il y a presque matière à un procès moralement justifié. Car la morale de l'histoire est: puisqu'on n'est de toute façon pas libres, pourquoi payer ?

De quoi rendre le système parfaitement vertueux, à long terme. Bel avenir, et pas seulement pour la presse !

Allez, ouvrez la porte des commentaires, ce soir, y'a débat !!!

Publié dans Somme | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : presse gratuite presse payante libre liberté | |  Facebook