Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2016

Sparadraps dans les jupes

IMG_1178 [640x480].JPG

Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

08/01/2016

ça tangue déjà

IMG_1162 [640x480].JPG

Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

06/01/2016

Encore une précision peut-être?

xIMG_0964 [640x480].JPG

Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/01/2016

Que nous annonce t-on?

xIMG_0247 [640x480].JPG

Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

01/01/2016

Dégradé de dégradation (pour le meilleur)

xIMG_0679 [640x480].JPG

Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

30/12/2015

Or & argent

IMG_5126 (Copier).JPG

Publié dans Aube | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/12/2015

These prison walls get closer now

I'm going in I'm going in
I have never been so ugly
I have never been so slow
These prison walls get closer now
The further in I go

Lhasa. I'm going in

IMG_4892 (Copier).JPG

 

Publié dans Aube | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

23/12/2015

Porte à droite

 

 

xIMG_4949 (Copier).JPG

Publié dans Aube | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/12/2015

L'escalade

 

 

IMG_7304 [640x480].JPG

Publié dans Hérault | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19/12/2015

Armand

Elle tourna la clef dans la serrure et ouvrit la porte.

Le pistolet était tombé à côté de la sacoche de cuir et un peu de poussière vola de l'habit de cour jauni. Armand était assis dans une attitude méditative, il baissait la tête vers la rose de tulle rouge qu'il tenait encore à la main.

Lady L. Romain Gary

IMG_7221 [640x480].JPG

 

 

 

 

Publié dans Hérault | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/12/2015

Se jeter à l'eau

IMG_7134 [640x480].JPG

Publié dans Hérault | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

30/11/2015

- Ah! L'amour!

- Ah! L'amour! s'écria Agilulfe (sa voix eut une montée si brusque que Priscille en fut tout effarouchée. Mais lui, de but en blanc, se jeta dans sa dissertation sur la passion amoureuse. Priscille se sentait brûler d'un tendre feu; appuyée à son bras, elle le poussa vers une pièce où trônait un grand lit à baldaquin). Chez les anciens, l'amour était considéré comme un dieu... Poursuivait Agillulfe. Et patati, et patata...

Priscille referma la porte à double tour; elle vint tout près de lui, courba la tête sur la cuirasse et murmura:

- J'ai un peu froid, le feu est éteint...

Agilulfe enchaîna:

- L'opinion des anciens, sur ce point de savoir s'il vaut mieux faire l'amour dans des pièces froides ou chaudes, est loin d'être unanime. Néanmoins, au jugement de la majorité...

- Oh! rien de ce qui touche à l'amour ne vous échappe! chuchota Priscille.

Le chevalier inexistant, Italo Calvino

x20070806-0014.jpg

Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/11/2015

un peu de l'air

Le soleil se lève vers 6h15, un peu après moi. Les goélands sont odieux à ce moment-là. Il émerge haut dans le nord-est, au-dessus du continent invisible dans la brume. Il monte à toute vitesse.

l'urgence était de se confectionner du café. La cuisine est sombre, le sol glissant, tout ce qu'on y touche est gras. C'était la prison autrefois. Et la réserve de vivres, toute noire derrière, le cachot. Les réchauds sont énormes, il n' a pas de petites casseroles, j'ai dû tout inventer. Revenu aux remparts avec un bol brûlant entre les mains, j'allais bien.

Froid vif, humide surtout, dans la casemate. Cette nuit, je me suis rhabillé pour pouvoir dormir. Il faut laisser la porte ouverte, pour qu'entre un peu de l'air d'été. L'été, c'est mardi.

Fort-Cigogne, Jean-Pierre Abraham - Le temps qu'il fait éditions

x20070804-0040.jpg

Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/11/2015

la venelle

Mme Houdin. Mme Houdin. Mme Houdin. J'a martelé son nom à chaque tour de pédale. J'ai à nouveau une lettre, de son mari sans doute... J'ai tellement hâte de retrouver la petite venelle, avec ses nains, ses rosiers grimpants, le balcon et la belle dame, si charmante, qui m'avait offert une délicieuse citronnade.

Je m'approche enfin de la venelle. Elle y est bien, si étroite, mais quelque chose au bout me barre la vue. Je m'avance sans trop y croire. des ronces. La venelle est remplie de ronces et d'épines entrelacées. Je me bat avec le roncier, le pousse, le rabat, l'écrase, me griffe, me lacère, j'avance, le roncier est de plus en plus épais et, à travers les tiges entremêlées, j'aperçois un mur. Mais il n'y a pas de sentier, pas de rosier ni de balcon, et aucune Mme Houdin ne pourra m'ouvrir la porte.

Le facteur Phi, Franck Manuel

xIMG_0420 [640x480].JPG

Publié dans Gard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/11/2015

Les plumes

IMG_0231 [640x480].JPG

Publié dans Gard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13/11/2015

Suite (Suite (Suite (Suite (Suite (Suite (...))))))

IMG_7319 [640x480].JPG

Publié dans Hérault | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/11/2015

Contagion

IMG_7356 [640x480].JPG

Publié dans Hérault | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/11/2015

Le monde à portée de mains

IMG_4937.JPG

Publié dans Aube | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/10/2015

Petit, petit, petit..

Merci à Michelle !

Jodhpur Michelle.jpg

Publié dans Inde | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

13/09/2015

Sirocco

Je sors. Il n'y a guère d'étoiles, mais on dirait qu'elles sont en feu.. Il se passe quelque chose. Je prends une lampe torche et monte jusqu'en haut de la tour. Pour comprendre, la lanterne sera le plus parfait des observatoires. Je m'assois sous la lampe tournante, afin de ne pas  être gêné par elle, et j'attends. Au bout de dix minutes, il y a un autre coup, mais beaucoup plus fort. Un oiseau s'est écrasé contre les vitres, j'ai à peine le temps de voir la masse sombre s'amollir et tomber. Il est de la grosseur d'un étourneau. Dans l'heure qui suit, il en arrive un second, mais je n'en devine pas la taille. Ce sont, à coup sûr, des oiseaux migrateurs épuisés, bernés par un mirage. Il ne peut s'agir d'oiseaux de l'île, car eux connaissent le phare.

Il parait que jadis, dans les phares, on se nourrissait des volatiles qui s'étaient fracassés contre les vitres de la lanterne. Au matin, on les ramassait, on les plumait et on les mettait de côté pour les périodes maigres. C'était, à ce qu'on dit, l'équivalent aéronautique du lamparo. Le phare attirait ces oiseaux comme le feu de résineux dans les barques attirait l'anchois commun en pleine migration. Mais cette fois, il ne s'agit pas du tout de cela. Sur le toit de l'édifice qui se trouve au-dessus de la tour, je n'ai vu aucune trace de plumes ni de squelettes. Peut-être les oiseaux parviennent-ils à reprendre connaissance et à repartir. La nuit, cependant, reste étrange. On a l'impression que l'île navigue. Et les oiseaux, comme les insectes, veulent échapper à quelque chose.

Je me mets au lit et sombre dans un sommeil brutal, pour ne pas dire violent, puis vers minuit, j'entends frapper fort à la porte. La voix du gardien de phare m'appelle pour sortir en mer. C'est curieux: un vent puissant s'est levé et je ne comprends pas comment on pourrait pêcher par une nuit aussi turbulente. Mais l'idée d'une nouvelle aventure, et dans le noir en plus, me met le diable au corps et je me vêts en toute hâte. Lorsque j'ouvre la porte donnant sur le couloir, je m'aperçois qu'il n'y a aucun bruit dans le phare et que personne n'est prêt à partir. La cuisine est plongée dans l’obscurité et le gardien et son second dorment du sommeil du juste. Je finis par comprendre. Le sirocco a commencé à souffler.

Paolo Rumiz, le phare, voyage immobile

Note: le phare ici décrit est un phare méditerranéen. Ci-dessous, il est breton.

phare, paolo rumiz

Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook