Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2015

la venelle

Mme Houdin. Mme Houdin. Mme Houdin. J'a martelé son nom à chaque tour de pédale. J'ai à nouveau une lettre, de son mari sans doute... J'ai tellement hâte de retrouver la petite venelle, avec ses nains, ses rosiers grimpants, le balcon et la belle dame, si charmante, qui m'avait offert une délicieuse citronnade.

Je m'approche enfin de la venelle. Elle y est bien, si étroite, mais quelque chose au bout me barre la vue. Je m'avance sans trop y croire. des ronces. La venelle est remplie de ronces et d'épines entrelacées. Je me bat avec le roncier, le pousse, le rabat, l'écrase, me griffe, me lacère, j'avance, le roncier est de plus en plus épais et, à travers les tiges entremêlées, j'aperçois un mur. Mais il n'y a pas de sentier, pas de rosier ni de balcon, et aucune Mme Houdin ne pourra m'ouvrir la porte.

Le facteur Phi, Franck Manuel

xIMG_0420 [640x480].JPG

Publié dans Gard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.