Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2014

je peux attendre

Midoriko écrit dans petit carnet:

Maman n'a pas la clé.

- Ah oui, c'est vrai... Mais on pourrait lui mettre un message sur la porte.

Je n'ai pas encore trop faim, je peux attendre.

Alors on l'attend sur des charbons ardents.

Elle a peut-être pris le train dans le mauvais sens et s'est retrouvée à perpète. Ça arrive, me montre Midoriko sur son carnet, pendant que nous sommes devant la télé côté à côte histoire de faire quelque chose.

Car nous ne parlons pas, mais nous sentons bien que ce n'est pas un silence normal. Un silence qui fait trop de bruit plutôt, un silence qui chatouille les oreilles, un silence comique, si on veut. Nous nous retournons au moindre petit bruit derrière la porte ou dans l'escalier en nous écriant: "Ah, la voilà!"

Nous sursautons à tout bout de champ. A tout hasard nous avons baissé le volume de la télé. Sans aller jusqu'à la couper, tout de même. On zappe de plus en plus vite, je vérifie toutes les minutes mon portable: rien, pas d'appel reçu, pas de message.

Seins et œufs, Mieko Kawakami

IMG_3041 [640x480].JPG

 

Publié dans Sicile | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/06/2014

étranger

Me rendant compte que j'avais tout le temps devant moi, je décidai aussitôt de ne rien faire tout ce temps durant et entrepris de me couper les ongles des doigts de pied. A n'avoir nulle art où aller, pensai-je, autant y aller d'un pied léger. Je franchis le seuil à la façon des insouciants tirant derrière eux la porte du vieux monde pour une vie de bohème.

La ville était verte. Les rues ruisselantes de fraîcheur matinale. Brillaient les vitrines, et les terrasses des cafés étincelaient de mille sourires féminins. On eût dit qu'à chaque carrefour le printemps faisait éclater des salves de jacinthes! Les mains dans les poches, transparent parmi les passants, je déambulai au long des trottoirs tel un voyageur sans valise (parce qu'il l'aurait laissée sur le sable avec la mer et tous les soucis du quotidien), et j'étais soudain cet étranger arrivé le matin même au port pour se lancer à la découverte d'une ville inconnue.

Je ne suis pas un héros / étranger, Pierre-Autin Grenier

xIMG_2123 [640x480].JPG

Publié dans Sicile | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/06/2014

Bercé

xIMG_9385 ardeche.JPG

Publié dans Ardèche | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook