Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2013

Et juste au moment où elle va pleurer

Et juste au moment où elle va pleurer pour se reposer, Hypollène rencontre trois portes qui cherchent aussi la sortie.

L'arbre sans fin, Claude Ponti

IMAG1071.jpg

Publié dans Et d'où, d'abord ? | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

27/09/2013

Give me paper for my back, Walter !

xIMAG1070.jpg

Lire la suite

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/09/2013

J'ouvris, pas rasé, honteux de l'état d'abandon dans lequel j'étais

J'avais retourné tous les instants dans ma tête depuis mon retour d'Al Tafar. Un par un. Puis un jour nouveau arriva, la neige n'étant qu'une curiosité qui le distinguait des autres. Je tendai mes mains par la fenêtre ouverte dès les premiers flocons, et les observai, sans sourciller, se poser et fondre sur ma peau; je contemplais les pierres de la rivière se couvrir d'un léger manteau balnc, et les sycomores et les cornouillers dénudés qui bordaient l'avenue en contrebas. Une voiture apparût, une Mercury, grise, je crois, et se gara. Une homme en sortit. Les petites barrettes sur ses épaules reflétèrent une lumière inconnue lorsqu'il ferma la portière.

Quand j'y repense à présent, je me souviens encore de ses pas, je le vois remonter la rue en boucle, et j'ai l'impression que j'aurai dû demander à la neige de cesser de tomber, qu'elle m'accorde juste un sursis, afin de ne pas avoir à faire face à l'après.Mais, dans mon esprit, les flammes du temps brûlent encore, exactement comme elles se consumaient à l'époque.

Peu après, il frappa à la porte. J'ouvris, pas rasé, honteux de l'état d'abandon dans lequel j'étais. Il fût un temps où j'étais plutôt content de ma capacité à me lâcher, oublier, à attendre... pourquoi? Je ne sais pas.

Yellow birds, Kevin Powers



xDSCF7178 [640x480].JPG


| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20/09/2013

à corriger

Et Marie, avec une photo légendée "l'ancien cimetières des pestiférés de Rouen"; j'espère ne pas avoir tout mélangé car l'image ne parait pas en rapport... tu me corriges, Marie ?

Juin 2013-Jean marie 302.jpg

Publié dans Normandie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

17/09/2013

5

Dominique ce soir, fier de ses cinq à la douzaine ! Il a raison, c'est pas si simple sur un plan somme toute rapproché!

DSCN0132(1).JPG

Publié dans Gard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/09/2013

Retour frappé

Lots de Portes sous mails cachetés au retour des vacances... de Laure, Dominique, Pascale, Marie !
Merci, elles ouvriront sur Màsp la nouvelle saison!

Pour commencer Laure, frappée de lavande.

DSC_1121.jpg

Publié dans Hérault | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/09/2013

un ascendant tel

... je me lève alors pour me rendre dans l'antichambre, écrit mon fils, et je ferme la porte d'entrée que j'avais laissée grande ouverte à cause de la chaleur subite, que j'ai probablement laissée trop longtemps ouverte parce qu'il fait subitement de nouveau froid, il faut posséder dans cette maison, si l'on ne veut avoir ni trop chaud ni trop froid, un sens très affiné du moment où il convient d'ouvrir portes et fenêtres et du moment où il convient de les refermer, et chaque fenêtre et chaque porte exige un autre rythme d'ouverture et de fermeture, dit le prince, et le temps ici, je le vois bien, à la différence du temps en Angleterre, change complètement d'une heure à l'autre, et il y aurait de quoi devenir fou si l'on s'avisait de s'initier à cette science impénétrable. Comme je vais pour fermer la porte, dit le prince, écrit mon fils, après avoir été si subitement été dérangé dans ma lecture, arraché à ma manière, de multiplier et de diviser près d’une centaine de fois, et cette deuxième que je répétais encore et toujours à haute et intelligible voix, à savoir que la révolution prolétarienne respecte la vie humaine et n'a pas besoin de la terreur pour atteindre ses objectifs, je pense, tout en fermant la porte, que je ne vais pas laisser entrer le secrétaire communal Moser. Je ferme les rideaux, écrit mon fils, dit le prince, après tout, je puis n'être pas là, écrit-il, et il écrit, je ferme effectivement les rideaux mais, aussitôt après, je les rouvre parce qu'il me semble ridicule de les fermer à cause du secrétaire communal Moser, mais, ai-je pensé, le secrétaire communal Moser exerce t-il donc déjà, sur un Saurau, un ascendant tel que je doive lui jouer la comédie? lui et me jouer une comédie? que je doive fermer les rideaux à son approche, fermer la porte à son approche... et j'écarte donc les rideaux aussi largement que possible et je sors dans l'antichambre, et j'ouvre grande la porte.

Thomas Bernard, perturbation

xIMG_2244 haute-loire & lozere.JPG

Publié dans Gard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/09/2013

Ballons perdus

x2008_0509(062) [640x480].JPG

Publié dans Hérault | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook