Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2011

Couler

couler, porte

Publié dans Alpes de Hte-Provence | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : couler, porte | |  Facebook

27/09/2011

La tant attendue: midi à sa porte (avant réglage de la pendule)

midi à sa porte

Publié dans Ardèche | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : porte, pendule, midi à sa porte | |  Facebook

24/09/2011

qui roule, qui roule, qui roule

porte, vélo, qui roule, qui roule, qui roule

Publié dans Ile-de-France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/09/2011

barricade

Il est des jours si mal tounés dés le lever que même descendre dans la rue élever une barricade au pied de son immeuble paraît insumontable.

Pierre Autin-Grenier, C'est tous les jours comme ça.

porte, barricade

Publié dans Rhône | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : porte, barricade | |  Facebook

17/09/2011

telle urgence

Au 41 rue Bobillot une petit dame entrouvrit sa porte. Le mari était là aussi, un couple de retraités, un appartement de leur âge, cinquante ans desouvenirs. Les époux essayaient d'exposer la situation mais chacun reprenait l'autre et l'engueulade grondait au détour de chaque phrase. Marc comprit que l'appartement était scindé en deux par une frontière connue d'eux seuls. A chaque violation s'ensuivait une déclaration de guerre. Il était temps de délimiter les territoires une bonne fois pour toutes. Marc restait à l'écoute, intrigué par l'histoire qu'il imaginait de ce couple. On s'occuperait du living après, il fallait d'abord fermer la porte de communication entre les deux chambres, parce que la journée, il était sûr qu'elle fouinait dans ses tiroirs, et la nuit, elle se doutait qu'il entrait dans sa chambre pour la regarder. Il fallait poser deux verrous, un de chaque côté. Marc leur demanda pourquoi une telle urgence, pourquoi cette nuit à 1h20 du matin, pourquoi pas dix ans plus tôt, pourquoi pas le lendemain, avec le serrurier du coin? Pas de réponse à ça, il fallait que cette porte soit fermée une bonne fois pour toutes, ils paieraient ce qu'il fallait. Et Marc posa les verrous.

Tonino Benacquista, le serrurier volant.

un clin d'oeil à Sonia, qui nous a quitté; il y a de nombreuses années elle m'avait prêté un livre de cet auteur, qui m'avait beaucoup amusé

porte, le serrurier volant, tonino benacquista

Publié dans Isère | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : porte, le serrurier volant, tonino benacquista | |  Facebook

14/09/2011

à grosses gouttes

Suant à grosses gouttes sous la lumière des projecteurs et le poids de son évidente impopularité, Enderby regarda cette incarnation féminine de la dureté qui exhibait, jusqu'à la périphérie même de l'aréole, de formidables seins rigidement soutenus et était vêtue d'une sorte de taffetas d'une rutilance à donner envie d'en manger. Le nom, songea t-il :  aussi artificiel que les ors de l'énorme perruque.

Le testament de l'orange, Anthony Burgess (1974)

merci à Fred pour la photo et l'extrait !

porte, seau

Publié dans Espagne | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : porte, seau | |  Facebook

05/09/2011

- Alors, c'est bon...

- Alors, c'est bon, va-t'en, fit Drogo.

La porte se referma, les pas s'éloignèrent, le silence s'établit de nouveau, les étoiles brillèrent dans l'encadrement de la fenêtre. Giovanni, maintenant, pensait aux factionnaires qui, à quelques mètres de lui, marchaient de long en large, tels des automates, sans s'arrêter jamais pour reprendre haleine. Ils étaient des dizaines et des dizaines à être éveillés, ces hommes, tandis que lui était étendu sur son lit, tandis que tout semblait plongé dans le sommeil. Des dizaines et des dizaines, se disait Drogo, mais pour qui, pour quoi? Dans ce fort, le formalisme militaire semblait avoir créé un chef d'œuvre insensé. Des centaines d'hommes pour garder un col par lequel ne passerait personne. S'en aller, s'en aller au plus vite, se disait Giovanni, sortir de cette atmosphère, de ce brumeux mystère. Oh! Son honnête maison; à cette heure-ci, sûrement, sa mère devait être en train de dormir, toutes lumières éteintes; à moins qu'elle ne pensât encore à lui un moment, c'était même très probable, il la connaissait bien: la moindre chose la rendait anxieuse et, la nuit, la faisait tourner et se retourner dans son lit, sans pouvoir trouver le repos.

Le désert des Tartares, Dino Buzzati

porte, bulgarie, église

Publié dans Bulgarie | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : porte, église, bulgarie | |  Facebook