Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2009

Centre perdu

 

Voyons... je reconnais que cette phrase, qui plus est sortie de son contexte, est un peu ardue. En même temps, elle serait l'occasion d'une mise à jour - à prévoir - de mon "à propos" sur les raisons profondes à l'activité de ce blog bizarre...

"Si la cité topique s'était jadis constituée autour de la "porte" et du port la métacité télétopique se reconstitue désormais autour de la fenêtre et du téléport, c'est à dire, autour de l'écran et du créneau horaire."

Paul Virilio, "La vitesse de libération"

 

x20071111-0001.jpg

Publié dans Rhône | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : virilio, porte, libération | |  Facebook

Commentaires

Oh la! Paul Virilio! Il va falloir sortir de l'Etna pour comprendre tout ici Thomas!

Écrit par : Sophie | 31/10/2009

Mais si, mais si, c'est clair...!!!

Écrit par : thomas p | 01/11/2009

J'aime beaucoup Virilio, ce grand dromologue mais je n'ai pas lu La vitesse de libération.
Attendez-moi, Sophie, je vous rejoins sur l'Etna. Nous irons ensemble frapper aux portes de Thomas qui nous donnera toutes les clefs !

Écrit par : Michèle (Pambrun) | 01/11/2009

oulalalalala... je vais m'échapper... parce que ce n'est pas si facile à expliquer, ce qu'il écrit, tout de même.

bon, tentative (prise de risque énorme, comme quoi je suis parfaitement d'accord avec sophie marceau, les hommes ne sont pas lâches) : Paul Virilio, dans ce passage, fait le paralèlle entre ce qui structurait "la civilisation qui nous précédait il n'y a pas si longtemps", à savoir la porte et le port, et ce qui structure notre monde actuel et futur, à savoir selon lui la fenêtre et le téléport (de téléportation, pour souligner l'intensification des communications par rapport aux transports).

Écrit par : thomas p | 01/11/2009

Les commentaires sont fermés.