Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

màsp

DRAME EN UN ACTE UNIQUE

 

Vous

Docteur ! Docteur ! Docteur, regardez ! Toutes ces portes ! Des vertes et des mêmes pas mûres ! Un fou, Docteur, un fou ! Mais qu'est-ce qu'il peut avoir, Docteur, c'est affolant en pire !

Le docteur

Pathologie, pathologie... pathologie... purée, j'ai rien dans le Vidal... c'est pas possible, pas possible, pas possible... c'est forcément un truc grave, sale, inavouable et qui glougloute au fond de lui comme un démon répugnant... faudrait que j'en parle à des collègues...

Vous

Oh oui, Docteur n'hésitez pas une seconde ! D'ailleurs c'est tellement grave que de mon côté je vais consulter d'autres patients. Nous allons tous consulter pour lui. Lui faire comprendre que ça va pas. Vous avez raison: prévenez de suite vos collègues. Ils vont avoir du travail.

(Vous vous éloignez, revenez sur la pointe des pieds et chuchotez...)

Docteur ? Vous le croyez humain ?

Le docteur

Oh! Non, pour ça, non.

Je suis formel.

Certainement pas. Il y a des limites, quand même. Tenez vos jugements. C'est tout au plus un portier de Palace. Ou pire, un pervers oisif qui sillonne les rues et les cages d'escalier en quête d'une proie quelconque comme vous. Sans médire de lui.

Voyez ce qu'il fait aux portes, imaginez ce qu'il fait aux humains, je ne vous en dis pas plus...

 

 

COMMUNIQUE OFFICIEL DE MIDI A SA PORTE

POUR RETABLIR UN SEMBLANT DE VERITE CREDIBLE, CE DONT TOUT
LE MONDE SE FOUT, CAR NOUS NE CONNAISSONS PLUS PERSONNE
QUI AIME LA VERITE NI RIEN DU TOUT D'AILLEURS

IlluTP (2).jpg

 

Les mobiles du prévenu (ci-contre photographié avant son incarcération et avec son air de gangster, la preuve c'est du noir et blanc et il a un chapeau et sa mère ne le reconnaitrait pas) se déclinent comme suit avec une certitude presque juridique des grands jours.


Version précision:

Non, ce blog n'est pas la version en ligne d'une prodigieuse collection. Car ce n'est pas une collection et je ne prétends aucunement avoir à m'en expliquer. Mais puisque la question vient souvent (ou plutôt la qualification hasardeuse de "collection", justement), vous trouverez une explication dans tous les items qui suivent... et qui prouvent que ce n'est absolument pas une collection.

Si vous n'êtes pas convaincu sur cette histoire de collection, vous pouvez aussi aller là.

Version historique:

J'avais sept ou huit ans quand je me suis pris un portail dans le front (cicatrice en attestant). Voilà: un acte fondateur. Une vocation. Une blessure à vie. Une méfiance éternelle. Surtout que c'est un copain qui me l'a balancé le portail. Oui, on se marrait bien à se le renvoyer comme un ballon. Conclusion: ce n'était pas un ballon. Brillant. C'est sans doute là que j'ai commencé à prendre une certaine avance dans la vie.

En tout cas, ça a tapé fort, et apparemment c'est bien rentré.

Version dédicace:

A tout ce qui s'ouvre, mais aussi, se ferme; à tous ceux qui, incompris, s'enferment.
Là, j'en dis pas plus.

Version militante:

Là, on attaque le dur.

La disparition progressive des portes anciennes en bois traduit l'obsession des coins carrés et de la propreté douteuse. Vous allez-dire que j'exagère (ça m'étonnerait beaucoup) mais si vous ne développez pas votre capacité à être choqué sur un tel sujet, demain (liste en voie d'extension, j'ai plein d'exemples):

- il vous paraîtra logique et désirable de remplacer les yeux de votre compagne/on par deux webcams,
- vous affirmerez sans sourciller que Disneyland est le pays d'origine des châteaux forts,
- et que peut-être il faut supprimer de la face de la terre tous les gens qui se permettent de réfléchir sous prétexte qu'ils ne sont pas pratiques,
- que le resplendissant 'green' des terrains de golf est la seule forme acceptable de la nature moderne,
- enfin que l'on ne s'offrira plus de fleurs parce que ça fâne et qu'une fois fâné c'est moche et que ça fait penser aux cimetières.

Et je vous parle même pas de fromage au lait cru parce que sinon je vais m'énerver.

Version militante (encore) plus sérieuse:

Les portes sont sur le chemin d'une rencontre violente entre l'hygiénisme et le totalitarisme. Un documentaire diffusé par Arte en 2005 (je crois que c'est celui-là) mettait d'ailleurs très bien en évidence l'instrumentation du premier au profit du second.

Lieu de souillure (le paillasson), d'usure, s'ouvrant parfois sur de bien mauvaises intentions, les portes sont souvent victimes d'un besoin de nettoyage, d'apparence lisse, moderne, rassurante, véhiculant une certaine image de son propriétaire auprès des autres ou simplement auprès de lui même; on change de porte et de fenêtre comme on change de pneu ou de slip, même si ça n'a pas de sens.

Par ailleurs sous les totalitarismes elles semblent être le dernier rempart. Big Brother voudrait la percer. A 6 heures, vu que laitier ne sonne pas, on s'inquiète de celui qui y frappe... C'est un peu court, peut-être, mais cela dessine suffisamment de possibilités.

Voilà, il y a de ça, mais heureusement pas toujours (cf point d'après).

Version curieuse:

Il y a beaucoup de choses à voir dans le monde.

Parfois, on va si loin (et on ne voit rien).

Parfois on vaque si près (et on ne voit rien non plus).

Derrière chaque porte, après chaque pas, une humanité attend, prospère, espère, meurt.

Un défilé de portes (oui, c'est pas une collection: c'est un défilé; je changerai sans doute d'avis, ceci dit).

Il faut bien en laisser quelques unes de fermées, le temps manque.

Un défilé de portes, c'est le deuil du savoir universel.

Un défilé de portes, c'est la possibilité inouie de choisir de se compléter, de s'arrêter et de repartir, et entre temps, d'aimer.

Version sensuelle:

Lieu de passage, de caresse. Prétexte à une interrogation profonde tout à la fois, qui chatouille le coeur.

Un lieu commun et intime, comme la vie.

Version du temps qui passe:

Pourquoi une porte tous les soirs, à 21h00 ?

Parce que c'est l'heure.

Vous avez travaillé, fait les courses, dis bonjour à la dame, réussi à vous descotcher de la télé... à cette heure-là, c'est l'heure d'ouvrir la porte de derrière.

En même temps, vous allez dire que ce n'est pas très cohérent : je dis "midi à sa porte" et je publie comme une horloge parlante tétûe à "vingt et une heure" précise tous les soirs.

La logique est pourtant imparable : 12h étant l'inverse de 21h, c'est une façon de dire que midi est à toutes les portes du monde.

C'est un peu tiré par les cheveux, mais dans ma tête c'est plus vite dit et ça me contente pas mal.

Version "Je favorise la liberté d'expression":

Pour finir, en fait, une question: la fréquentation de ce blog est très impressionnante à mes yeux.. mais pourquoi cette faible propension à émettre des commentaires ?

Je vous montre une porte; pourquoi donc l'ouvrez-vous sans rien dire ?

C'est vrai, quoi.

Bon, je vous laisse. Le Vidal me propose de faire choniqueur.


Midi à sa Porte vous salue par la fenêtre. Revenez vite.

Thomas P.

 


Interêts

Portes, porte, doors, door, midi à sa porte